Réapprenez à apprendre

Réapprenez à apprendre

Dans l’article « Saviez-vous comment vous saviez », nous avons exploré les mécanismes qui nous indiquent que nous savons quelque chose, en partant de l’exemple de l’orthographe. Mais avant de savoir, il faut apprendre, n’est-ce pas ?

Alors comment apprenons-nous ?
Découvrez dans cet article les 4 étapes de l’apprentissage, et comment mieux utiliser ce processus naturel.

Pour ce faire, prenons ici l’exemple de la conduite.

  1. Inconsciemment incompétent

Au départ, enfant, nous ne savons évidemment pas que nous ne savons pas conduire. De fait, pendant longtemps, nous ne savons même pas ce qu’est une voiture. Nous sommes inconscients de notre incompétence, en l’occurrence en termes de conduite.

  1. Consciemment incompétent

Le temps passant, nous comprenons ce qu’est un véhicule et que notre papa (ou notre maman, ne soyons pas misogynes) a des compétences que nous n’avons pas nous-mêmes. Il ou elle sait conduire, mais nous non. Nous devenons conscients de notre incompétence en la matière.

  1. Consciemment compétent

Pour les besoins de la démonstration, imaginons que vient un moment, plus ou moins tardif, où nous désirons apprendre à conduire. Nous nous inscrivons alors dans une auto-école, et nous épuisons (littéralement) à intégrer tous les apprentissages complexes qu’on appelle la conduite : gérer l’embrayage pour passer les vitesses, trouver le bon régime moteur en fonction de la vitesse, vérifier les différents rétroviseurs et angles morts, reconnaître et comprendre les panneaux et la signalisation, anticiper le comportement des autres usagers de la route, etc. Les premières heures sont d’ailleurs souvent épuisantes. Et c’est tout à fait logique, car nous devenons compétent… consciemment ! Or il a été démontré scientifiquement qu’utiliser l’esprit conscient force notre cerveau à consommer énormément d’énergie (cf Système 1 Système 2 de Daniel Kahneman) ; ce qui explique sûrement pourquoi on automatise autant de comportements dans nos vies. Par économie.

  1. Inconsciemment compétent

C’est ainsi que peu à peu (et bien souvent sans qu’on s’en rende vraiment compte) l’inconscient – vous savez, cette partie de nous qui apprend et automatise nos apprentissages – fait son boulot. Tous ces gestes et actions deviennent de moins en moins durs à réaliser, ils nécessitent de moins en moins de pensée,  ils s’automatisent. Jusqu’au moment où, vient un jour, vous êtes capables de conduire sans y penser. Peut-être même en faisant autre chose en même temps (avoir une conversation avec vos passagers, penser à autre chose, etc.) !
L’action de conduire vous coûte désormais beaucoup moins d’énergie : vous êtes devenu inconsciemment compétent.

Conduire étant devenu une capacité inconsciente, elle peut même représenter une forme de transe. Vous savez, ce trajet bien connu que vous avez fait sans vous en rendre compte, peut-être perdu dans vos pensées. Bien-sûr, si quelque chose avait nécessité votre conscience (un piéton qui surgit de manière inattendue, par exemple), cette dernière serait revenue en 4ème vitesse ! Enfin, même dans ce cas-là, c’est sûrement votre inconscient qui aurait réagi… instinctivement (car plus rapidement – cf le livre cité ci-dessus) !

Nous avons pris l’exemple de la conduite, mais j’imagine qu’en lisant ces lignes vous avez déjà fait des liens avec d’autres apprentissages que vous avez fait et qui ont suivi le même processus : marcher, parler (des apprentissages qui à une époque vous faisaient dormir toutes les 2 heures, rappelez-vous), lire, écrire, faire de la musique (oui, il faut répéter ses gammes jusqu’à ce qu’elles « rentrent » et que les doigts semblent jouer tout seuls), toute activité artistique, tout apprentissage en général… Je pense par exemple à mes doigts qui tapent sur ce clavier sans même que j’aie à y penser ni même à les regarder. Impressionnant quand on y pense, non ?

Schéma : 4 étapes de l'apprentissage (1)

Alors à quoi cela peut-il servir de comprendre comment nous apprenons ?
Eh bien dans un premier lieu à reconnaître la place de l’inconscient dans l’apprentissage, et la confiance qu’il mérite. Il y a déjà tellement de choses qu’il a automatisées.
Et donc à mieux l’utiliser pour changer. Quand certains de ces apprentissages ne nous plaisent pas (réagir automatiquement avec telle émotion, telle pensée ou tel comportement dans tel contexte), il semble donc opportun de se tourner vers cette partie de nous pour les faire évoluer… plus efficacement. Et l’hypnose et l’autohypnose sont des outils de choix dans cette perspective (comme vous avez pu notamment le voir dans l’article « Apprenez à parler avec votre inconscient »).
Comprendre les 4 étapes de l’apprentissage permet également de s’améliorer dans les domaines où nous avons atteint un palier. Voici une illustration tirée de Moonwalking with Einstein, dans lequel Joshua Foster nous explique comment, de journaliste couvrant un championnat de mémoire, il est devenu le champion américain de la discipline. Alors qu’il apprend à mémoriser des suites de cartes ou de nombres aléatoires, il atteint un plateau et ne s’améliore plus. Il contacte alors un scientifique spécialisé qui lui indique que ne plus progresser après avoir atteint un palier est tout à fait naturel (le niveau de compétence est jugé suffisant par votre inconscient), et que pour s’améliorer, il faut alors se mettre des contraintes, se forcer, remettre de la conscience. Si vous voulez taper plus vite au clavier, vous devez vous entraîner à taper plus de mots en moins de temps, en vous chronométrant, pour pousser votre inconscient à sortir de votre zone de confort. En d’autres termes, retourner à l’étape 3 avant que vos compétences ne se réautomatisent à la hausse (étape 4).

Bien-sûr, si vous faîtes ça en / avec de l’autohypnose, et dans le bon état émotionnel (cf cet article), cela ne peut qu’aider votre inconscient dans cette progression.

Et l’apprentissage vu sous cet angle peut presque devenir un jeu, n’est-ce pas ?

 

Par Adrien Moulard
en savoir plus sur l’auteur

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*