Quelques techniques simples d’autohypnose : la relaxation du corps

Quelques techniques simples d’autohypnose : la relaxation du corps

Dans cet article, vous allez découvrir une technique inspirée de la méditation et qui permet de détendre le corps, et donc l’esprit (les deux étant liés, en témoigne quand on s’endort le soir, on ne sait pas si c’est le corps ou l’esprit qui commence à se relaxer et qui entraîne l’autre dans le sommeil…).

Comme pour toutes les techniques présentées sur ce site, nous vous invitons à les faire en ayant clairement un objectif en tête, puis à être simplement en présence de ce qui se passe en vous lorsque vous réalisez la technique.

Voici donc les étapes de la technique de relaxation du corps, partie par partie :

  • Dans un premier temps, assurez-vous d’être dans une position confortable, et que vous allez pouvoir être tranquille pendant toute la durée de votre séance d’autohypnose (téléphone en mode avion pour vous permettre de faire un beau voyage…)
  • Vous allez ensuite vous concentrer sur une partie du corps, soit le sommet de votre crâne, soit le bout de vos doigts de pieds. Vous pourriez commencer n’importe où et aller dans n’importe quel sens, mais l’expérience a montré qu’il était plus simple et donc efficace de faire un parcours « logique », qui se déroule, de haut en bas ou de bas en haut.
    Lorsque vous vous concentrez sur une partie du corps, notez comment cela change les sensations que vous y ressentez. Cela crée souvent un picotement, ou un fourmillement. Chez certaines personnes, c’est une sensation de chaleur, ou même de fraîcheur. Et parfois on est surpris car c’est encore une autre sensation que nous ressentons lorsque nous nous concentrons sur une partie du corps… Testez ce qui se passe pour vous, là, maintenant, lorsque vous placez votre attention sur une partie du corps !
    Une fois que vous ressentez cette sensation particulière, imaginez que c’est votre inconscient qui pénètre à cet endroit qui le fait se détendre, se relaxer… Vous pouvez visualisez les fibres musculaires se détendant (certaines personnes ont des images très créatives qui leur arrivent, c’est très bien si c’est le cas)… Vous pouvez parler avec un ton de voix posé, « et les sensations particulières invitent encore plus de relâchement et de bien-être… ». Et aussi être juste au contact des sensations de détente et de relâchement qui grandissent, votre inconscient ayant bien compris ce que vous attendez de lui !
    Profitez quelques secondes…
  • Avant de passer à une autre partie du corps, à côté de la première. Du sommet du crâne au cuir chevelu. Ou des doigts de pieds à la plante des pieds par exemple. Notez comment les sensations changent à nouveau lorsque vous placez votre attention à cet endroit, et invitez votre inconscient à continuer de détendre cette partie du corps…
  • Et ainsi de suite, du sommet du crâne au front aux paupières etc. jusqu’à avoir parcouru tout le corps et / ou avoir plongé dans un état d’hypnose.

Vu que cette technique a tendance à créer des états d’hypnose profonds, nous vous invitons à choisir la durée de votre séance d’autohypnose. Vous pouvez le faire avant de commencer à détendre le corps, en pensant à la durée ou à l’heure à laquelle vous souhaitez émerger, voire même en visualisant cette durée / heure sur votre réveil intérieur, que vous êtes par là même en train de programmer. Car oui, vous avez une horloge interne : votre inconscient sait vous réveiller de manière très précise (cf quand on a un avion à prendre ou un rdv important et qu’on se réveille juste avant que l’alarme ne sonne).

Pour la petite histoire, quand j’ai testé cette technique pour la première fois, je n’ai pu l’appliquer que jusqu’à la moitié de mon corps (que je me souvienne), avant de décrocher, sans même m’en rendre compte (si ce n’est a posteriori). C’est tout à fait normal et bien, c’est le but de la technique.
Le réveil m’a surpris, car ma conscience s’est rallumée (exactement au moment où je l’avais planifié, soit 17 minutes après le début de la séance), mais dans un corps complètement endormi, arrêté. Passé le moment d’angoisse que cela a généré (se réveiller dans un corps « mort » est une sensation bizarre, pour le moins), je me suis rappelé que c’était moi, mon inconscient, qui avait généré cet « endormissement » du corps. J’ai alors demandé à cette partie de moi de le « réveiller » : un soubresaut, un autre, puis un autre jusqu’à ce que cela se transforme en un tremblement généralisé de quelques secondes et PAF ! d’un coup, j’étais complètement revenu.

A vous de jouer et d’explorer vos possibilités maintenant !

 

Par Adrien Moulard
en savoir plus sur l’auteur

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*