De quelles ancres teinter votre réalité ?

De quelles ancres teinter votre réalité ?

Quel est le point commun entre la madeleine de Proust, la photo d’un être cher, la voix de tel collègue qui vous irrite ou au contraire la musique sur laquelle vous dansiez quand vous êtes tombé amoureux… ?

Ce sont des ancres. Des stimuli qui activent des états internes spécifiques.
L’odeur du gâteau rappelle le souvenir qui y est associé ; une image ou des sons déclenchent une émotion…

Ces séquences « STIMULUS – REACTION » structurent, câblent les automatismes qui font l’objet de ce site, c’est-à-dire notre fonctionnement inconscient. Tout apprentissage est un ancrage : il faut bien savoir quand (stimulus) avoir telle réaction émotionnelle, telle pensée, telle sensation…
Cet article présente comment les ancres s’installent et donc comment en créer ou en changer.

Pour comprendre le fonctionnement des ancres, prenons des exemples naturels.
Je passe un bon moment (intensité émotionnelle), j’en prends une photo (association sur un canal visuel). Plus tard, en regardant la photo (canal visuel) je rappelle l’émotion et la ressens, plus ou moins partiellement.
Autre exemple moins agréable : je manque de me noyer (intensité émotionnelle). L’association se fait alors parfois entre le stimulus (l’eau) et les émotions ressenties (certainement de l’effroi), sur les différents canaux sensoriels : sensation de l’eau, vue, sons, odeur, goût… Et l’un ou l’autre de ces stimuli déclenchera ensuite la réaction émotionnelle, parfois dans son intensité originale.
Association + Emotion = lien.

La force d’une ancre est donc fonction de l’intensité émotionnelle (ce qui explique qu’on puisse créer une phobie avec une expérience unique) mais aussi du nombre de répétitions.
C’est ce qui permit à Pavlov de conditionner ses chiens : le bruit de la sonnette est d’abord associé à la nourriture (par répétition et association). Une fois l’ancrage installé, le simple son fait saliver le pauvre animal.
Association x Répétition = lien.

(Association + Emotion) x Répétition = lien fort.

La technique pour créer une ancre est donc calquée sur ce processus naturel:

  • Activer l’état cible, par souvenir ou imagination par exemple.
  • Amplifier les ressentis, éventuellement en jouant avec ses composantes (ce qu’on appelle en hypnose et PNL les « sous-modalités ») : agrandir l’image, la rapprocher au point d’y entrer, augmenter les contrastes, la luminosité, monter le volume, sentir les odeurs plus intensément, la température…
  • Au moment où l’émotion va atteindre son maximum, créer l’association sur un ou plusieurs canaux :
    • Avec un contact physique (pouce contre annulaire, poing serré, grande inspiration…)
    • Avec une image qui correspond à cet état.
    • Avec un son, une musique, un mot… que vous pourrez réécouter le moment venu d’activer votre ancre.
  • Faire un « break» : penser à autre chose (état neutre). Répéter entre 3 et 6 fois.

Une fois l’ancre créée, testez-là ! Que se passe-t-il à l’intérieur quand vous pensez à cette image, ce son, et sentez ce contact particulier ?

Les ancres permettent de transférer leur contenu (se sentir détendu, en pleine possession de ses moyens par exemple) à une situation où il manquait jusque-là.
Le transfert de ressources peut s’effectuer ainsi :

  • Ancrez les ressources dont vous avez besoin, le plus intensément possible (émotion au max et plusieurs répétitions) – il est important que l’ancrage de ressources soit plus puissant que les anciens liens que vous vous apprêtez à modifier, puisque vous allez les faire se confronter.
  • Faites un « break»
  • Activez votre ancre positive tout en pensant à la situation dans laquelle vous souhaitez transférer vos ressources. Maintenez l’ancre et la pensée pendant 3 à 5 secondes.

Testez le résultat de cette technique : que se passe-t-il maintenant  quand vous pensez à la situation qui avant vous générait des émotions désagréables ?
Si besoin répéter plusieurs fois, en vous assurant de la qualité de votre ancre positive (quitte à la renforcer).

Vous pouvez aussi, bien-sûr, utiliser votre ancre dans la situation réelle. Vous ancrez de la détente et du bien-être et l’activez au moment de prendre la parole en public par exemple…

De quelles ressources avez-vous besoin ? Comment c’est (dans votre corps, dans votre tête) quand vous les avez ? Comment souhaitez-vous les ancrer ? Et dans quels espaces de votre vie ce serait utile de les diffuser ?…

 

 Par Adrien Moulard
en savoir plus sur l’auteur